News

Projet Ambaladingana

 Notre projet ?

Ce projet a pour but d'améliorer les conditions de l'éducation dans l'école d'Ambaladingana (près d'Ambositra) à Madagascar. Cette école construite en 2013 par l'association Fleur de Bitume compte aujourd'hui 155 enfants. L'association accompagne aussi les élèves issus de l'école, soit 45 collégiens, 7 lycéens, et depuis cette année, deux étudiantes à l'Université de Fianarantso.   

Votre soutien est très important pour nous et on vous en remercie ! pour nous aider cliquer ici  ! 

 

Un double axe pour un même objectif, une meilleure qualité de vie et un souci environnemental !

Notre projet, va porter sur une double mise en place, une pompe à eau manuelle dans la vallée au centre du village et l’électrification de son l’école.

D'où vient ce projet ?

En 2020, l'institutrice, Madame Pierette, alertait l'association : certains enfants ne vont plus à l'école pendant les périodes de sècheresse. En effet, ils aident leurs parents en allant chercher de l'eau pour les champs. La rivière étant éloigné du village, ils passent une grosse partie de leur temps à faire ces allers-retours pour aller chercher de l'eau. 
 
En 2021, l’accès à l’eau déjà difficile s’est gravement compliqué ces dernières années à cause des différentes variations climatiques. Une sécheresse qui dure anormalement et est en plus très sévère. Le pays est durement touché par une crise de famine induite par ces modifications. 
 
Lors de notre demande d'autorisation pour creuser le puits, la préfète nous a largement encouragés à continuer ce projet qui est d'autant plus attendu depuis les répétitions des sécheresses.
 
Le deuxième objectif est d'apporter de la lumière de façon durable dans cette école. Pendant les périodes hivernales, il est difficile d'étudier car le temps d'ensoleillement est court. Les classes ne sont pas équipées de lumière car il n’y a pas d'électricité dans le village. Notre objectif est de leur permettre d'étudier dans un meilleur environnement. Pour cela le projet est d'installer un panneau solaire ainsi qu'un éclairage LED qui éclairaient au mieux la classe et le tableau de l'institutrice
.
 
 

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ?

Ce budget a été estimé après qu'un cahier des charges ait été établi sur plusieurs sources de dépenses.
 
Votre soutien est primordial il pourra nous aider à payer :
 
Le matériel nécessaire à la réalisation du projet : les panneaux solaires, le système électrique, le système d'éclairage, le puits, la pompe à main.
L’expertise nécessaire à ce projet : les ingénieurs hydrogéologues qui vont nous aider à trouver le meilleur endroit pour creuser le puits et les électriciens qui vont communiquer leur expertise sur l'ensemble du réseau.
Les moyens techniques du projet :  pour forer le puits nous aurons besoin d'une foreuse, de mettre en place les canalisations et les tranchées pour le système électrique ainsi que diverses protections contre la détérioration des équipements.
Les coûts logistiques : le transport de tout le matériel, matériaux et engins de la capitale au village.
Nos coûts : transport, logement, nourriture et sécurité sur place; sans quoi en tant qu'étudiants en M1 tout ce projet n'aurait pas été envisageable.


Budget du projet 

• Pompe et installation 1500 euros


 

Fabricants : locaux dans de nombreux pays (en France la SOVEMA). - Hauteur d’aspiration : de 10 à 45 ou 50 m.
- Population desservie : 300 personnes.
- Débit : environ 1 m3/h - Poids : 130 Kg
- Label VLOM :Oui-
Principaux matériaux utilisés : acier galvanisé

 

 


• Panneaux solaires et kit complet installation 1500 euros
Fabricants : locaux dans de nombreux pays.
-Kit solaire 700W 230V autoconsommation

 
• Démarches administratives et frais courants 500 euros
• Voyage 2500 euros
• Hébergement/ nourriture 1500 euros
• Déplacements 500 euros
 
           Total de 8000 euros
 

Qui sont les bénéficiaires?

Les villageois et les enfants de notre école, soir environ 300 personnes.
 

Comment vous remercier ? 

·         10 euros : Une photo des enfants de l’école à votre nom.
 
·         20 euros : Une vidéo de sourires chantés par tous les enfants
 
·         50 euros : Un grand animal en fibres naturelles de raphia
 
·         100 euros : Votre nom sera inscrit dans la plaque commémorative du projet aux pied de l’école
 

Notre équipe 

L'équipe est composée de trois étudiants en 4ème année d’école d'ingénieurs en environnement. Nous avons tous une vocation naturelle qui est de mettre à contribution notre savoir pour un monde meilleur.  
 
Nous avons un pilier commun tiré de notre formation, l'environnement, mais nous avons un parcours et des compétences complémentaires. 
 
Iksandar Leite Costa est celui qui a réuni cette équipe pour ce projet. Sans lui il n'aurait pas vu le jour. Il est le plus ancien dans cette association puisqu'il a déjà participé à d'autres projets de Fleur de Bitume. Il gère l'équipe et le projet dans son aspect général. 
 
Gabriel Kim est celui qui cherche et gère les partenariats. La mise en place de contenu est une de ces missions. Il a des compétences sur le plan technique qui seront mises à profit lors de la réalisation du projet.
 
Youenn Kerdavid  qui sera le photographe de l'équipe, il s'occupera aussi de l'élaboration des visuels publiés sur les réseaux sociaux, des séquences vidéos et autres contenus digitaux
 
 
 

Notre vocation à comme but principal le développement durable et ce projet en fait partie avec une composante sociale, environnementale et sanitaire. 

C'est pourquoi nous avons voulu sans hésitation s'investir dans ce projet !
 
Si vous aimez notre projet suivez nous sur cette page ou sur instagram @AMBALADINGANA
 
Votre soutien est très important pour nous et on vous en remercie ! pour nous aider cliquer ici  ! 
 

 

Madagascar c'est la rentrée scolaire 20/21


Cette année a été très difficile pour nous tous. Les difficultés vécues par les uns et les autres, nous font parfois oublier celles du quotidien de certains. Mais cela n'arrive pas tant que la solidarité de tous et que efforts entrepris par beaucoup se conjuguent au présent. Madagascar malgré ses problèmes récurrents en matière de santé, d'éducation et d’infrastructures n'a pas été touché massivement par la Covid. L'école d'Ambaladingana a su affronter cette crise et a fait preuve de sérénité face aux évènements et au confinement. Cette vallée fertile et dynamique a fait face à la courte pénurie alimentaire qui a touché le pays. Le village a profité d'une riche année de récoltes et les réserves ont tenu le coup. La solidarité des villageois, le maintien des aides financières de FDB, assurant ainsi la continuité de l'école a été bénéfique.  Nous voyons la une raison supplémentaire de maintenir notre soutien et continuer notre travail sur l'instruction et le partage du savoir ainsi que sur l'égalité des chances de tous.     



 Le résultat de cette année scolaire est positif Primaires:

  •  15 enfants ont reçu le CEPE (certificat de fin de primaire)

    Au collège nous accompagnons financièrement  

  •  20 élèves en 6eme
  •  16 élèves en 5eme
  •  6   élèves en 4eme
  •  3   élèves en 3eme

Au lycée nous accompagnons financièrement

  • 1 élève en Terminal
  • 2 élèves en 1 ère
  • 1 élève en seconde
Bravo à tous et bonne rentrée scolaire
 
 

FDB - Covid19 Inde

 Bonjour,
Face à cette pandémie qui nous touche tous, les répercussions ne sont pas identiques la ou l'on se trouve, nous pouvons tous le constater.
A Madagascar nous avons tout de suite disponibilisé des fonds pour venir en aide principalement aux villageois des environs de notre école. La fureur virale n'a pas eut lieu dans cette ile et c'est tant mieux. Nous avions craint pour la vulnérabilité de ses populations, ça n'a pas été jusqu'à aujourd'hui le cas, nous restons alertes et prêts à les aider en cas de besoin.

Nous avons alors décidé d'aider des associations partenaires ou amies de  Fleur de Bitume dans d'autres régions du monde.  
En Inde, l’arrêt brutal de l’activité économique qui a coïncidé avec le confinement général visant à endiguer la pandémie de Covid-19, fin mars, a provoqué un exode urbain massif. Des centaines de milliers de migrants tombés au chômage n’ont plus les moyens de vivre en ville, sans argent de côté ni aide financière de l’Etat. Ils sont partis à pied, prêts à parcourir des centaines de kilomètres pour rejoindre leurs villages et profiter de la solidarité de leur famille ou de leur communauté. D'autres populations, sans travail quotidien, gitans, intouchables, chiffonniers, vivant la plupart de temps dans la rue se vont vus eux aussi retirer leur gagne pain, la mendicité ou le ramassage d'ordures.
Nous avons  à distribué de la nourriture début juin, à environ 40 familles du village, grâce à une association amie qui oeuvre dans les environs de Johdpur, dans la province du Rajasthan.
Les bénéficiaires sont principalement des veuves, femmes isolées, personnes agées, exclus du système et indigents, ils ont bénéficié de plus de 2 tonnes de denrées alimentaires (Riz, lentilles, sucre, huile, farine),  

Nous allons répéter courant Juillet une autre opération avec l'Inde et l'envisageons aussi en Amérique du sud. Merci à tous.

 

 

  

        

 

 

FDB - Covid19 - Mexique


Cette pandémie de Covid nous met face à des inégalités sociales criantes et difficiles a admettre. Apres une aide alimentaire que nous avons effectué en Inde ( prés de 100 000 morts ) dans la région de Rajasthan,  auprès de familles gitanes démunis et travailleurs journaliers sans emploi, nous avons décidé de reconduire notre aide et cette fois au Mexique.
Forts de notre expérience et grâce a notre réseaux de contributeurs et adhérents actifs de FDB nous allons venir en aide a des populations démunis dans ce pays.
Notre ami et adhérant Stéphane Talin, réside dans la région de Puebla depuis plus de 20 ans. Stéphane est intégré pleinement dans ce pays aux mille couleurs, exploitant agricole, il nous raconte sa tristesse quotidienne, son désarroi permanent face a une situation de plus en plus difficile.    
"Les vieux, les veuves, les employées de maison mexicaines, en situation précaire sont particulièrement exposées à la maladie. Les femmes au foyer et les domestiques représentaient près du quart des victimes mexicaines de la pandémie. les travailleurs journaliers sont tous trés affectes, sans contrat de travail ni couverture sociale ils ne peuvent plus faire face a la crise. Avec presque 80 000 mille morts le Mexique paye un lourd tribut".

   
     


Nous avons participé a l'achat de
  • Sucre, Riz, Avoine, Huile, Haricots, Pates, Couvertures

Stéphane a qui nous remercions pour sa bienveillance et collaboration, organisera une distribution équitable et périodique des denrées dans les jours a venir.
Certains diront que cela compte peu, mais nous savons que si ensemble nous faisons tous un peu, cela fera beaucoup.