Parallèlement aux programmes pédagogiques mis en place, nous nous sommes rendus compte que si nous aidions les parents et facilitons la mobilité, nous pouvions influer sur la décision des parents de laisser leurs enfants à l’école. Nous avons, par exemple, à Madagascar, fait construire par des villageois une charrette à zébu pour le travail dans les champs.